feuvert.org
pour-la-qualite-de-l-air

L'île de Montréal connaît en moyenne 65 journées de mauvaise qualité de l'air par année. Dans la plupart des cas, les particules fines sont en cause. Ces particules fines sont d’origines diverses : transport automobile et camionnage, certains procédés industriels, etc. Cependant, la principale source de particules fines au Québec est le chauffage au bois résidentiel, qui contribue à la formation du smog hivernal. L’utilisation d’un poêle CONVENTionnel durant neuf heures émet autant de particules fines qu’une voiture en un an (pour une distance de 18 000 km). Dans certains quartiers résidentiels de Montréal où l’on compte un grand nombre de poêles et foyers au bois, la qualité de l’air peut s’avérer plus mauvaise que dans le centre-ville.